AccueilPlinio Corrêa de OliveiraUn fleuve d’humilité dans le paradis du nouvel Adam

Un fleuve d’humilité dans le paradis du nouvel Adam

Plinio Corrêa de Oliveira

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort dit qu’en la Très Sainte Vierge Marie, Paradis du nouvel Adam, « il y a un fleuve d’humilité qui sort de la terre et qui, se divisant en quatre branches, arrose tout ce lieu enchanté; ce sont les quatre vertus cardinales. »

Les vertus cardinales — la justice, la tempérance, la force et la prudence — sont celles qui régissent toutes les actions humaines. De cette figure poétique, on peut déduire que celui qui est vraiment humble possède les quatre vertus cardinales.

Or celui qui est véritablement humble l’est, avant tout, vis-à-vis de Dieu. L’humilité envers le Créateur consiste à reconnaître ce que nous lui devons et à lui rendre notre adoration ravie et soumise. Elle consiste donc à être les champions affectueux et filiaux de la cause de Dieu — qui est la même que celle de l’Église catholique — jusqu’à l’extrême limite de nos forces. La véritable humilité dispose donc l’âme de l’homme à vivre dans un holocauste continuel envers Dieu, tout en lui faisant acquérir les quatre vertus cardinales. Telle fut l’humilité de Notre-Dame, Paradis du nouvel Adam.

(Extrait de conférence 5 juin 1972)

Magazine Dr Plinio 268 (juillet 2020)

Suggestions de lecture