AccueilSpiritualitéQue ces dons sont précieux

Que ces dons sont précieux

Le pur amour de Dieu règne dans nos cœurs.

Ne croyez pas que l’éloignement des lieux et mon silence extérieur me fasse oublier votre charité pour moi, et celle que je dois avoir pour vous. Vous me marquez dans votre lettre que vos désirs [de vie religieuse] sont toujours aussi forts, aussi ardents et continuels; c’est une marque infaillible qu’ils sont de Dieu. Il faut donc mettre votre confiance en Dieu: assurez-vous que vous obtiendrez même plus que vous ne croyez. Le ciel, la terre passeraient plutôt que Dieu manquât de parole en permettant qu’une personne qui espérait en lui avec persévérance fût frustrée dans son attente.

Je sens que vous continuez à demander à Dieu pour ce chétif pécheur la divine Sagesse, par le moyen des croix, des humiliations et de la pauvreté. Courage, ma chère fille, courage. Je vous ai des obligations infinies, je ressens l’effet de vos prières, car je suis plus que jamais appauvri, crucifié et humilié. Les hommes et les diables me font dans cette grande ville de Paris une guerre bien aimable et bien douce. Qu’on me calomnie, qu’on me raille, qu’on déchire ma réputation, qu’on me mette en prison. Que ces dons sont précieux, que ces mets sont délicats, que ces grandeurs sont charmantes. Ce sont les équipages et les suites nécessaires de la divine Sagesse, qu’elle fait venir dans la maison de ceux où elle veut habiter.


Saint Louis-Marie Grignion de Montfort
Lettre 16 à Louise Trichet (24 octobre 1703)

Suggestions de lecture